29 décembre 2015 Groupe de travail « Matériels et Ensembles Démontables »

Dès le printemps 2016 un nouveau Mémento des Matériels et Ensembles Démontables entrera en vigueur officiellement lors d’une conférence de presse à Paris.
Il régira les « Règles de l’art » pour leur conception, leur mise en œuvre et leur vérification.
À terme, le SYNPASE comme tous les contributeurs appartenant au même écosystème – l’événementiel et le spectacle vivant – souhaitent qu’il prenne une forme réglementaire adaptée à son enjeu et aux risques encourus.

Ce Mémento est conçu comme un outil pratique, documenté et de référence. C’est maintenant votre guide et il vous revient de vous l’approprier, participer à sa diffusion et l’enrichir.

Au quotidien, vous utilisez toute sorte de matériels : scènes, tribunes, échafaudages, poutres, palans électriques etc. conçus et fabriqués par des entreprises spécialisées. Une fois assemblés pour constituer des dispositifs techniques et scéniques complexes, ils sont vérifiés par des bureaux de contrôles agréés. Fabricants, prestataires et bureaux de contrôle ont donc collaboré et travaillé ensemble pendant 18 mois pour produire un texte qui prenne en compte les enjeux liés à la sécurité.

Extraits :

Article 16 – Actions à prendre en compte lors de la conception

§ 1. Pour justifier la solidité des ossatures destinées à supporter des personnes et celle des ossatures d’équipements scéniques, les actions à prendre en compte sont les suivantes :
• les charges permanentes ;
• les actions climatiques « neige » et « vent » dès lors que les structures calculées y sont exposées ;
• les charges d’exploitation ;
• les tassements différentiels d’appui.
Les actions climatiques à prendre en compte pour le calcul des ossatures d’« ensembles démontables » sont celles directement appliquées à l’ossature calculée et celles résultant de la présence des personnes et/ou des équipements portés.
§ 2. Les charges permanentes sont celles du poids propre de la structure et des aménagements éventuels.
§ 3. Actions climatiques
§ 3.1 Actions climatiques dues à la neige.
La notion de « neige de service », compatible avec la présence de personnes, est introduite pour les tribunes, scènes et podiums et leurs accès. L’accueil des personnes est autorisé lorsque la note de calculs établie au stade de la conception ou du projet, détermine la valeur de la charge de « neige de service » maximale admissible. Le déblaiement de la neige constitue un préalable à l’accueil des personnes pour les OP et les OS.
La charge de « neige de service » est à pondérer lors du calcul à l’état limite ultime (ELU).
§ 3.2 Actions climatiques dues au vent.
Les « ensembles démontables » sont conçus pour être exploités jusqu’à une vitesse de vent prédéterminée et pour résister, qu’ils soient occupés ou non, au vent sans défaillances structurelles, déboîtement d’éléments constitutifs, glissement ou renversement.
En phase d’exploitation :
La notion de « vent de service », compatible avec la présence des personnes est introduite pour les ossatures et leurs accès. Sauf dispositions particulières, la présence des personnes y est donc exclue dès lors que la vitesse des rafales de vent mesurées sur 3 secondes – correspondant à la pression de pointe – sur le site d’implantation dépasse la vitesse du vent de service fixé à 20 m/s, soit 72 km/h. Ce « vent de service » est indépendant du lieu de la construction et de l’implantation.
Ces actions de « vent de service » sont à pondérer lors du calcul à l’état limite ultime (ELU).
Hors phase d’exploitation :
• Jusqu’à 72 km/h, le fabricant justifie de la stabilité de l’ossature ;
• De 72 à 100 km/h, le fabricant spécifie les dispositions à mettre en œuvre pour assurer la stabilité de l’ossature et les justifier ;
• Au delà de 100 km/h, le fabricant spécifie les dispositions complémentaires et la pression limite compatible avec la stabilité de l’ossature.
Sauf cahier des charges particulier nécessitant des sollicitations supérieures aux données des paragraphes susnommés demandé par l’exploitant.
Dans tous les cas, l’emploi de coefficients minorateurs ou majorateurs est justifié.
§ 3.2.1 Pour les tribunes, le calcul des actions dues au vent sur les parois devront être évaluées.
Pour estimer les surfaces de référence sur lesquelles s’appliquent les pressions de vent, les parois latérales devront être considérées comme pouvant être ouvertes ou fermées en fonction des conditions d’utilisation de l’ensemble démontable.
• Horizontalement, la surface de référence : Aref = maître-couple structure + maître-couple spectateurs, avec :
– maître-couple structure obtenu en assimilant la structure à un écran vertical plein ;
– maître-couple spectateurs obtenu en assimilant les spectateurs à un écran vertical plein de 1,20 mètre de hauteur pour les personnes assises et 1,80 mètre pour les personnes debout sur toute la longueur ou toute la profondeur de la tribune.
• Verticalement, la surface de référence : Aref = surface au sol de la tribune.
• Sauf étude particulière, les panneaux et bâches perforées sont considérés comme pleins.
§ 3.2.2 Pour les scènes
Pour estimer les surfaces de référence sur lesquelles s’appliquent les pressions de vent, les parois latérales devront être considérées comme pouvant être ouvertes ou fermées en fonction des conditions d’utilisation de l’ensemble démontable.
Suivant les cas de figures, il aura lieu de tenir compte du maître couple induit par la présence de personnes à raison de :
• maître-couple spectateurs obtenu en assimilant les spectateurs à un écran vertical plein de 1,20 mètre de hauteur pour les personnes assises et 1,80 mètre pour les personnes debout sur toute la longueur ou toute la profondeur de la tribune.
En cas de présence d’équipements suspendus (grappe de son, écrans, décors, etc.), le calcul devra compte du maître couple induit par ces équipements.
§ 3.2.3 Pour les échafaudages.
§ 3.2.3.1 Les échafaudages accueillant du public sont soumis aux règles du paragraphe « tribunes » ci-dessus.
§ 3.2.3.2 Coefficient structural égal à 1,0 :
Horizontalement : Cfh.S = 1,3 x (maître-couple structure + maître-couple personnes) avec :
• Pour les échafaudages non habillés (bâches, décors) :
– maître-couple structure ouverte obtenu en assimilant la structure à un écran vertical pris égal à 50% de l’écran plein ;
– maître-couple des personnes (spectateurs ou techniciens) à raison de 0.70 m²/personne à 1,00 m au- dessus des planchers ;
– Maître-couple du matériel obtenu en assimilant celui-ci à un écran vertical correspondant à sa surface.
L’effort est appliqué au centre de gravité du maître-couple.
• Pour les échafaudages habillés (bâches, décors) :
– les parties habillées sont considérées comme des écrans pleins, suivant les critères de formes des Eurocodes ;
– Sauf étude particulière, les panneaux et bâches perforées sont considérés comme pleins.
Verticalement :
– Soulèvement pris égal à 0 sauf cas particuliers (échafaudages couverts, décors volumineux, Vélum, etc.) pour lesquels les effets verticaux dus au vent sont pris en compte, en fonction des formes, suivant les prescriptions de l’Eurocode pour tous les cas à considérer.
§ 4. Charges d’exploitation à prendre en compte pour les ossatures destinées à supporter les personnes.
Pour le calcul des charges d’exploitation, les valeurs minimales à retenir sont celles mentionnées dans le tableau ci-après. L’introduction de toute autre valeur est justifiée par le calcul et les conditions d’exploitation.
Ces charges d’exploitation sont à pondérer lors du calcul à l’état limite ultime (ELU).

Tableau des charges d'exploitation à prendre en compte pour les ossatures destinées à supporter les personnes.

* Pour les passerelles non associées aux tribunes, pour lesquelles il n’y a aucun risque de foule, l’application de la formule ci-après est suffisante :
q = 2 + [ 120 / (L + 30) ] kN/m² où L est la longueur chargée en mètres avec q > 2,5 kN/m² et q < 5 kN/m².
** Les paliers dont la longueur est supérieure à la largeur de l’escalier et pouvant servir au stationnement des personnes debout sont dimensionnées pour supporter la charge de 6 kN/m² ;
Les charges A et B sont des charges permettant le dimensionnement des éléments de la structure (charges d’exploitation) ;
Les charges A, C, D, E, F et G sont des charges permettant le dimensionnement des éléments de circulation.
NB : Les charges G sont à cumuler dans les cas défavorables avec les charges E.

§ 5. Concernant les tassements différentiels d’appuis, les déplacements d’appuis compatibles avec le dimensionnement de la structure, et donc pris en compte pour la justification de sa solidité, sont définis par le fabricant dans le dossier technique ou dans le dossier d’avis sur modèle.

Article 31 – Dégagements

§ 1. Les dégagements ont une largeur de passage, dénommée unité de passage, proportionnelle au nombre de personnes susceptibles de les emprunter. La largeur de passage est fixée :
• en plein air à 0,60 mètre pour 150 personnes ;
• dans les autres cas, à 0,60 mètre pour 100 personnes.
Lorsqu’un dégagement ne comporte qu’une ou deux unités de passage, la largeur de passage est respectivement portée de 0,60 mètre à 0,90 mètre et de 1,20 mètre à 1,40 mètre.
Toutefois, une tolérance négative est admise, de sorte que jusqu’à une hauteur de 1,10 mètre du plancher, la largeur peut être diminuée de :
• 0,05 mètre de chaque côté ou de 0.10 mètre d’un seul côté des dégagements de 0,90 mètre ;
• 0,10 mètre de chaque côté des dégagements de plus d’une unité de passage.
§ 2. Les hauteurs de marches des circulations dans les gradins ne peuvent excéder 0,20 mètre.
§ 3. Les « ensembles démontables » dont l’effectif est supérieur à 19 personnes comportent deux dégagements au moins.

Article 33 – Escaliers

1. Les dispositions du paragraphe 1 de l’article 31 sont applicables.
§ 2. Les escaliers sont solidaires ou liaisonnés à l’ensemble démontable qu’ils desservent.
§ 3. La largeur des escaliers permet d’évacuer le nombre de personnes susceptibles d’emprunter les dégagements auxquels ils sont rattachés.
§ 4. L’échappée entre un nez de marche et un élément quelconque de la structure est au moins de 2,25 mètres.
§ 5. Les escaliers peuvent être à volées alternées. Les escaliers hélicoïdaux sont interdits.
§ 6. L’alignement des nez de marches ne dépasse pas 35 degrés.
§ 7. Le giron g et h la hauteur de la marche satisfont aux relations suivantes :
• 0,57 m < g + 2h < 0,66 m ;
• 0,25 m < g < 0,36 m ;
• 0,13 m < h < 0,17 m.
§ 8. Les contremarches sont pleines ou ajourées. Lorsqu’elles sont ajourées, la hauteur de vide ne peut excéder 0,11 mètre et les éventuelles circulations sous escaliers sont protégées contre la chute d’objets. S’il n’existe pas de contremarches, les marches successives se recouvrent de 0,05 mètre.

Article 34 – Echafaudages

§ 1. Les matériels d’échafaudages de type « multi directionnels » en acier ou aluminium, conformes aux normes NF EN 12810-1, -2 et 12811-1, -2 et -3, sont utilisés pour de nombreux usages dans le spectacle vivant, notamment :
• Scène ;
• Scène couverte ;
• Supports de décors, d’appareils d’éclairage, de son, de vidéo ;
• Tours de régie, de poursuites, de caméras ;
• Totems et supports de bâches publicitaires ;
• Passerelles ;
• Escaliers ;
• Couvertures.
§ 2. Les échafaudages roulants de service en aluminium ou en acier (au minimum de classe 3 au sens de la norme NF EN 1004 Mai 2005) sont utilisés pour des opérations de maintenance et de réglage, et plus rarement, en respectant les charges du tableau de l’article 16, pour servir notamment :
• D’équipements de travail pour l’installation et la maintenance ;
• De supports, d’appareils d’éclairage, de son, de vidéo ;
• De tours de régie, de poursuites, de caméras.
§ 3. Pour les échafaudages roulants de service, le choix d’échafaudages avec plancher tous les 2 mètres environ, conçu avec garde-corps qu’on installe depuis le plancher inférieur est à privilégier.
§ 4. Les échafaudages utilisés comme sous-structures des ensembles démontables, qu’ils soient utilisés pour réaliser une mise à niveau d’un sol en déclivité ou qu’ils soient la structure porteuse des ensembles démontables, sont soumis aux règles techniques et aux inspections prévues pour leur destination.

Article 35 – Scènes et podiums

§ 1. Les scènes et podiums peuvent être couverts ou non. Ils peuvent être conçus à partir d’éléments d’échafaudages multidirectionnels ou de systèmes à cadres ou de tout autre système.
§ 2. Les praticables « préfabriqués » ne sont pas concernés par le présent document hormis la charge minimum d’exploitation et les dispositifs de protection contre les chutes.
§ 3. Les dispositifs de protection contre les chutes sont décrits dans l’article 38.
§ 4. Les élévateurs de machinerie théâtrale (matériels ou ensembles démontables ou non démontables) sont bien des machines et des équipements de travail, mais du fait de leur particularité, sont exclus de la Directive Machines 2006/42 CE, conformément à l’article R4311-5 § 11 du Code du travail.


Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article